top of page

Les Yoga Sûtras de Patanjali

Les Yoga Sûtras de Patanjali décrivent, d’une certaine manière le fonctionnement de la psyché et aussi, la façon dont nous pouvons la modeler en vue de répondre à un objectif, celui de l’éveil de la conscience qui serait fortement lié à une question de liberté. L’éveil correspond au dernier membre des Yoga-Sutrâs de Patanjali Samadhi ( l’enstase finale)


L’homme depuis toujours a cherché l’amélioration de sa vie et recherche le bonheur, autant dans le rapport qui le lie à son environnement que dans celui qu’il tisse avec lui-même.


Le texte des Yoga-Sutrâs de Patanjali est divisé en quatre chapitres totalisant 195 ‘versets’ également appelés ‘aphorismes’, ou ‘sutra’ en langue sanskrite. Chacun de ces aphorismes est composé de mots précis, sans verbe, dont l’alliance, l’union, donne au lecteur un enseignement à la fois étendu, absolu, profond et intemporel.


Un pur concentré de saveurs poétiques et intellectuelles qu’il est indispensable de diluer, de commenter, afin de comprendre et percevoir au mieux ce texte ancien et indispensable à l’étude pour tout enseignant de yoga . Une perception, par le raisonnement, issue traditionnellement de commentaires oraux, qui s’affineront au fur et à mesure des lectures et (re) lecture des Yoga Sutra et de l’accueil que l’on en fait au moment de l’étude : l’élève, souvent, se surprend à comprendre différemment, plus en finesse ou en profondeur, à chacun de ses nouvelles lectures, le sens des sûtras.


Ainsi, la sensualité globale du texte sert aussi à la compréhension de chacun des versets.

Il est donc important de comprendre que la relecture régulière, en conscience et avec une analyse méditative soit pleine de sens et pré-requise à l’intégration et l’apprentissage de ce texte ancien essentiel à la culture du yogi ou de la yogini en quête de connaissance et de compréhension.

La lecture consciente de Yoga-Sutrâs pour but d’illuminer progressivement le message latent transmis par la finesse des mots choisis et des liens qui les relient pour, parfois, lorsque le message porté par le texte apparaît telle une étincelle… qui va ravir le mental de l’étudiant.

Lorsque cela survient, c’est un frisson qui envahit le corps du lecteur, de l’étudiant, l’extirpant de son analyse intérieure, pour finalement, après un moment de silence, conscientise et assimile la connaissance du texte dans ses cellules sans faire intervenir l’analyse mental.


Pour qui est la lecture des Yoga-Sûtras de Patanjali ?

Bien évidemment pour Tous !


Ce traité est universel et non réservés à une élite où aux pratiquants assidus de la discipline du yoga. Ils présentent des concepts concrets, dédiés à l’humain, quelles que soient son origine, sa religion ou ses croyances. L’enseignement des Yoga-Sûtras est respectueux de tout un chacun et ne nécessite aucune soumission d’aucune sorte à quelque maître qu’il soit. Il consiste en un développement personnel et s’adapte à la personne, à son niveau de conscience et de connaissance afin que l’apprentissage se fasse selon son rythme et ses besoins personnels.

La principale spécificité des Yoga-Sûtras de Patanjali est la classification du chemin du yoga en 8 étapes où 8 membres. Selon Patanjali il serait évident de suivre les étapes du Yoga dans un ordre établi afin de se débarrasser des scories d’un mental dit «malade » et empreint de tendances « les vrittis » dans l’unique but d’atteindre la libération dite «éveil » ou enstase finale « Samadhi »


Les Yogas-Sûtras de Patanjali sont étudiés en détails lors de la formation de Yoga Qualité/bases pour devenir Professeur de yoga qui a lieu au Centre Infini à Sainte-Maxime dans le Var. Au cours de cette formation nous prenons le temps d’étudier et de commenter plus en détail les textes fondateurs du Hatha-Yoga tels que les Yoga-Sûtras, Hatha-Yoga Pradipika, Yoga Tattva Upanishads.




Les 8 membres du yoga :

Les 5 premiers membres sont dits externes (Bahir-Anga) car ils concernent la vie sociale et la relation avec le monde extèrieur, le corps physique, la respiration et la dimension spirituelle. Les 3 derniers membres dits internes (Antar-Anga) développent plus en détail la sphère spirituelle.




  • YAMAS : règles sociales ou la juste relation avec l’environnement extèrieur

    1. Ahimsa : le principe de non-violence (ne pas être violent)

    2. Satya : dire la vérité (être authentique)

    3. Asteya : ne pas voler (ne pas prendre des choses qui ne me sont pas données)

    4. Brahmacarya : l’abstinence (s’éloigner de tout ce qui peut trop distraire)

    5. Aparigraha : la non-possessivité (ne pas être avide, ne pas prendre plus que ce dont j’ai besoin

  • NIYAMAS : règles personnelles d’auto-discipline ou la juste attitude vis à vis de soi

    1. Sauca : la pureté du corps (être propre et ordonné à l’intérieur comme à l’extèrieur)

    2. Santosa : le contentement (se contenter, reconnaître ce qu’il y a de bien dans notre vie)

    3. Tapas : le travail avec effort (cultiver l’effort)

    4. Svadhyaya : l’étude (apprendre sur soi-même, se connaître soi-même)

    5. Ishvara pranidhana : le lâcher prise (s’en remettre à l’univers ou reconnaître qu’on ne peut pas tout contrôler)

  • ASANAS : postures La posture mobilise différents plans physique, émotionnel, mental, spirituel. La pratique des postures vise l’harmonisation de tous ces plans simultanément et individuellement.

  • PRANAYAMAS : contrôle ou régulation du souffle Facilitée par la pratique des postures (assouplissement, conscience du corps), la régulation du souffle améliore grandement l’homéostasie générale de l’individu et sa capacité de concentration mentale. Tandis que l’homme ordinaire respire pour survivre, le yogi respire pour vivre.

  • PRATYARA : retrait des sens, des organes pour mieux canaliser et unifier le mental Nos 5 sens sont sans cesse attirés par le monde extérieur (les sons, les objets…) à un point tel, que nous sommes décentrés. Pour la plupart d’entre nous, les contraintes sociales font que nous n’avons plus le temps de faire une pause et que nous oublions, voire ignorons, notre véritable nature.

  • DHARANA : concentration dans cette étape le yogi concentre sa conscience sur un objet externe (image, une pierre, un mandala, un son) ou interne (le souffle, une image mentale, la récitation muette d’un mantra, les bruits de notre corps, la vision de l’espace avec les yeux fermés). Pendant la concentration, l’esprit n’a de cesse de se focaliser sur l’objet choisi et engendre un flux d’images et de sensations qui ne concernent que lui. Cette concentration exclusive nous fait perdre la perception de toute autre sensation, d’abord durant quelques secondes, puis pendant la durée totale de la séance.

  • DYANA : méditation Après avoir réussi à se concentrer sur une seule chose, on peut passer à l’étape suivante : méditer ! La méditation laisse le flot des pensées couler, sans que l’esprit ne s’attache à une pensée en particulier.

  • SAMADHI : attention absolue ou l’état d’unité C’est l’étape ultime du yoga, quand on ne voit plus les différences entre les êtres, quand on se sent uni avec le tout, connecté avec l’univers en général !

C’est ainsi que tout yogin gravit peu à peu les échelons de sa propre évolution dans une conscience d’être toujours plus affutée.


Etude des Yoga-Sûtras de Patanjali

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives